rejoignez-nous !

avec le soutien

  • Bouygues Construction
  • Caisse des Dépôts
  • Ademe

Vous avez déjà un compte ?

identifiez-vous

créer un compte !

Les Campus membres

UNIVERSITÉS

ÉCOLES DE MANAGEMENT

ÉCOLES D’INGÉNIEURS

ÉTABLISSEMENTS SPÉCIALISÉS

avec le soutien

REFEDD

La malnutrition en forte progression chez les jeunes selon une enquète Ipsos…

La malnutrition en forte progression chez les jeunes selon une enquète Ipsos…

Selon une enquête réalisée par Doing Good Doing Well (entreprise de conseil à vocation sociale) avec Ipsos et Logica Business Consulting,  près d’un jeune sur 3 rencontrerait des problèmes de poids, soit environ 32% de l’échantillon représentatif composé de 1000 jeunes de 15 à 25 ans : 19% d’entres eux sont en état de surpoids ou d’obésité et 13% sont en état de maigreur. Une des conclusions du rapport est par ailleurs surprenante : « trois jeunes sur dix en surpoids ou obèses n’ont pas conscience de l’être puisqu’ils estiment être minces ou de corpulence normale (30%) ».

 

Cette enquête vise à combler un déficit d’information concernant les habitudes alimentaires des 15-25 ans (alors que de nombreuses études s’intéressent à l’enfant et l’adulte). Ipsos considère cette période comme « un moment critique de transition entre la fin de l’adolescence et le début de la vie adulte » pendant lequel les modifications structurelles dans la vie de l’individu peuvent avoir un impact sur son comportement alimentaire (entrée à l’université, sur le marché du travail, recherche d’emploi, prise d’indépendance, etc.).

 

De nombreux comportements sont mis en cause pour expliquer l’apparition des problèmes de poids: pour l’obésité, il s’agirait du mode de vie de plus en plus statique devant des écrans, une insuffisante pratique du sport, une consommation excessive de sodas, etc. D’autres phénomènes expliquent tant l’obésité que la maigreur : l’absence de structure des repas (repas pris à des heures variables, pauses repas trop courtes ou repas sautés) ou encore la dévalorisation du poste de dépense « alimentation » dans le budget des jeunes (qui conduit à acheter moins de nourriture en quantité ou de la nourriture de moins bonne qualité). S’ajoutent à ces comportements un autre facteur explicatif notamment : une « fracture alimentaire » forte entre les classes sociales aisées et défavorisées : au sein des foyers les plus aisés, 1 jeune sur 10 se dit en surpoids ou obèse alors que la proportion chez les foyers les plus modestes est de 1 sur 4 (24%).

 

Pour consulter le rapport contenant l’intégralité des résultats de l’enquête, cliquez ici.

 

Doing Good Doing Well et sa directrice Hélène Roques lancent une initiative de mobilisation collective : l’appel « Bouger-Bouger » pour lutter contre le surpoids et l’obésité en mobilisant entreprises, acteurs de l’industrie agro-alimentaire, de la restauration, de la distribution, du monde du sport, des loisirs, de la publicité, et de la santé. Cette initiative semble faire écho à celle du programme national nutrition santé,  « manger, bouger », qui propose des recettes et des outils pour mieux manger et faire davantage de sport !

autres actualités